Date de création de la page : Février 2021

A l’échelle du PnrL

Nombre d’habitants et son évolution

En 2018, le Parc naturel régional de Lorraine comptait une population de 77 110 habitants pour 2100 km², induisant une densité moyenne de 37 habitants au km². Comparée à la densité de population moyenne de la France de 105 habitants au km² (INSEE 2017) et même de celle du Grand Est de 97 habitants au km² (INSEE 2018), la densité du PnrL est particulièrement faible et reflète le caractère rural de ce territoire composé de 183 communes, dont seulement 17 d’entre elles dépassent les 1000 habitants, tandis que 37 communes ne dépassent pas les 100 habitants.

Les 9 villes-portes, quant à elles, plus peuplées, cumulaient 82 392 habitants en 2018.

Evolution du nombre d’habitants du PnrL (réalisation : PnrL 2021 ; source des données : INSEE 2018)

Ainsi que l’indique le graphique ci-dessus, la population du PnrL a légèrement diminué entre 2010 et 2018. Le territoire a perdu environ 2606 habitants, ce qui équivaut à une diminution de 3,27% du nombre d’habitants.

Les villes-portes ont également perdu en nombre d’habitants, selon des proportions plus importantes : la baisse de 7845 habitants en 2018 par rapport à 2010 induit une diminution moyenne de 8,69% de leur population.

Evolution du nombre d’habitants des EPCI Réalisation : PnrL 2021 ; Source des données : INSEE 2018)

A l’échelle des communautés de communes adhérentes au PnrL, la majorité d’entre elles (8 sur les 12) a perdu des habitants entre 2010 et 2018. Cette diminution de 1,2% entre 2010 et 2018 s’avère finalement plutôt faible en comparaison avec les communes du PnrL et de ses villes-portes.

Les territoires des communautés de communes qui ont vu leurs populations augmenter sont celles des Côtes de Meuse Woëvre, du Bassin de Pont-à-Mousson, des Terres Touloises, ainsi que celle d’Orne Lorraine Confluences. Le taux d’évolution du nombre d’habitants peut être visualisé sur la carte dans la partie 2.1. En comparaison, la région Grand Est n’a perdu que peu d’habitants (2 792 habitants en moins entre 2010 et 2018, soit une diminution minime de -0,05%), tandis que la France, elle, a vu son nombre d’habitants augmenter d’environ 3,7% entre 2010 et 2018 (INSEE, 2020).

Structure de la population et son évolution au sein du PnrL

Le graphique ci-dessous représente le nombre d’habitants des communes du PnrL et des villes-portes réparties par classes d’âge, tandis que les graphiques après indiquent la proportion de chaque classe d’âge.

Ages de la population des communes et des villes-portes du PnrL en 2017 (Réalisation : PnrL 2021 ; Source : INSEE 2017)
Proportion des différentes classes d’âge dans la population des communes du PnrL en 2017 (Réalisation : PnrL 2021 ; Source : INSEE 2017)
Proportion des différentes classes d’âge dans la population des villes-portes du PnrL en 2017 (Réalisation : PnrL 2021 ; Source : INSEE 2017)

Le tableau suivant indique le nombre d’habitants de chaque classe d’âge en 2010, 2015 et 2017, puis leur évolution, dans les communes du Parc et dans les villes-portes.

Nombre d’habitants de chaque classe d’âge et leur évolution entre 2010 et 2017 (Réalisation : PnrL 2021 ; Source : INSEE 2017)

Sur les communes du Parc, nous pouvons remarquer une baisse du nombre d’habitants âgés de moins de 55 ans depuis 2010, tandis que le nombre de personnes de plus de 55 ans augmente. Les jeunes entre 18 et 24 ans représentent la tranche d’âge qui diminue le plus entre 2010 et 2017, suivis des jeunes entre 0 et 17 ans. C’est au contraire la tranche d’âge des plus de 80 ans qui augmente le plus (+22% entre 2010 et 2017), même si, en proportion, il s’agit de la plus petite part de la population. La diminution de part des 18 et 24 ans, déjà identifiée en 2010 dans la Charte du Parc (2015), semble se poursuivre. Ce phénomène pourrait corroborer avec le fait que les jeunes actifs trouvent des difficultés à trouver du travail et à s’installer au sein du périmètre du PnrL (Charte du PnrL, 2015), mais correspond également à la période de départ des jeunes vers des études supérieures dans les grandes villes.

Ces chiffres, combinés au fait que la population tend à diminuer depuis 2010, nous indique une tendance au vieillissement de la population qui s’accentue, et cela plus rapidement qu’à l’échelle régionale. En effet, le tableau et le graphique suivants indiquent l’évolution de la population par classes d’âge à l’échelle du Grand Est, puis l’évolution des différentes classes d’âges de la population du PnrL :

Evolution des différentes classes d’âge de la population du Grand Est entre 2010 et 2017 (Réalisation : PnrL ; Source des données : INSEE 2017)
Evolution des différentes classes d’âge dans la population du Grand Est entre 2010 et 2017 (Réalisation : PnrL ; Source des données : INSEE 2017)
Evolution des différentes classes d’âge dans la population du PnrL entre 2010 et 2017 (Réalisation : PnrL ; Source des données : INSEE 2017)

Entre 2010 et 2017, nous pouvons observer des tendances similaires entre le Grand Est et les communes du PnrL. Néanmoins, si les tendances sont similaires, on observe une diminution plus importante des personnes de 0 à 17 ans sur le territoire du PnrL que dans le Grand Est (-8% pour le PnrL contre -2% pour le Grand Est), et une augmentation plus importante des personnes âgées de plus de 80 ans sur le PnrL que dans le Grand Est (+22% pour le PnrL contre +19% pour le Grand Est)

La tendance au vieillissement de la population du PnrL s’affirme donc davantage que sur l’ensemble de la Région Grand Est.

A l’échelle des communes du PnrL

Le territoire du PnrL regroupe 182 communes, et 9 villes-portes. Au cours des dernières années, des communes ont fusionné, notamment les communes d’Ancy et Dornot, le 1er Janvier 2016, et celles de Rezonville et de Vionville le 1er Janvier 2019. Lors du passage à la nouvelle Charte du PnrL en 2015, 8 communes ont décidé de ne pas renouveler leur adhésion au PnrL, mais l’une d’entre elle, Génicourt-sur-Meuse, a finalement décidé d’y être réintégrée en 2018.

Nombre d’habitants et leur évolution

La carte suivante représente le nombre d’habitants par communes, ainsi que la densité de population de chaque commune et l’évolution du nombre d’habitants entre 2010 et 2018 à l’échelle des communes et à celle des intercommunalités.

Sources des données : IGN BD TOPO 2019 ; INSEE 2018

Les communes les plus peuplées se trouvent dans l’axe Nancy-Metz, le long des principales voies de communication (A31, ligne TER Nancy-Luxembourg).

Sur le territoire du PnrL, 13 communes comprennent une population entre 1000 et 2000 habitants et 4 communes comptent entre 4000 et 5000 habitants. Il est à noter que ces communes les plus urbaines se trouvent toutes dans cet axe nord-sud entre Nancy et Metz, à l’exception d’Ecrouves, 4402 habitants, qui est une commune voisine de la ville-porte Toul : Dieulouard, plus proche de Nancy, avec 4760 habitants en 2018, suivie d’Ars-sur-Moselle, davantage proche de Metz, avec 4714 habitants, puis Pagny-sur-Moselle, non loin de Pont-à-Mousson, avec 4126 habitants. Ces trois communes possèdent en outre une gare ferroviaire permettant de se rendre facilement à Nancy ou à Metz, voire au Luxembourg. 

C’est également dans cet axe Nancy-Metz que les communes sont les plus densément peuplées : 854 habitants au km² pour la commune de Maidières, suivie de 427 pour Ecrouves en 2018.

Cependant, hors du sillon lorrain, la densité du PnrL est particulièrement faible, 37 habitants au km² correspondant à un territoire à dominante rurale avec 165 communes de moins de 1000 habitants et 37 communes ayant une population inférieure à 100 habitants. 

Entre 2010 et 2018, deux tiers des communes du PnrL (117 sur 182) ont perdu des habitants. Cette diminution du nombre d’habitants peut être faible mais aller jusqu’à moins 35% ; cependant, ces pourcentages sont à relativiser car ils concernent des communes faiblement peuplées (moins de 100 habitants) ce qui en valeur absolue peut représenter de petits effectifs, ce qui est le cas pour la commune d’Obreck (35 habitants).

19 communes ont vu leur nombre d’habitants se maintenir, à titre d’exemple les communes Vigneulles-lès-Hattonchâtel, Maidières ou Saizerais qui comptent toutes plus de 1500 habitants. Enfin 70 communes ont connu une augmentation de population, avec parfois des augmentations assez importantes comme Nonsard-Lamarche (+35%) ou Limey-Remenauville (+33%) qui sont des communes entre 200 et 300 habitants. Les communes les plus peuplées du PnrL, quant à elles, voient leur nombre d’habitants augmenter légèrement comme Dieulouard (+3,03%), Ecrouves pour (+2,06 %) Pagny-sur-Moselle (+0,88%) avec une exception pour Ars-sur-Moselle qui voit chuter sa population de -3,66%.

Structure de la population et son évolution

En comparant la représentation des parts de chaque classe d’âge dans les communes, on peut s’apercevoir que celles qui possèdent une plus forte population de jeunes entre 0 et 17 ans se situent plutôt au centre de la zone ouest du Parc (et moins dans l’axe Nancy-Metz et dans la zone Est du Parc).

En revanche, les plus fortes représentations de jeunes de 18 à 24 ans se trouvent plutôt quant à elles dans l’axe Nancy-Metz.

La tranche d’âge des 25 à 54 ans, correspondant principalement aux foyers avec enfants, se trouve mieux représentée dans la zone ouest du Parc sur une ligne entre Jarny et Toul, soit un secteur rural proche de l’axe Nancy-Metz permettant d’offrir de meilleures conditions d’accès à la propriété pour une maison avec jardin, tout en étant assez proche des zones d’emplois.

Les communes possédant les plus fortes proportions de personnes âgées entre 55 et 79 ans sont quant à elles principalement situées à proximité de Saint-Mihiel, de Dieuze, de Metz et de Toul.  Enfin, une légère tendance se dessine pour une plus forte représentation plus de 80 ans dans les communes situées dans la zone Est du Parc ainsi qu’à proximité de Saint-Mihiel.

En termes d’évolution entre 2010 et 2017

Pour la tranche d’âge 0 à 17 ans, c’est-à-dire les jeunes en âge d’être scolarisés, on observe une diminution globale : sur les 182 communes, 117 communes voient le nombre de jeunes de cette tranche d’âge diminuer.   

Pour les 18 à 24 ans, nous observons le même schéma que pour la précédente tranche d’âge : 112 sur 182 communes voient le nombre de jeunes de 18 à 24 diminuer, dont 17 de plus de plus de la moitié. Il en est de même pour la tranche des 25 à 54 ans diminue dans 124 communes.

Pour la tranche d’âge des 55 à 79 ans, 144 communes voient leur nombre augmenter, dont 14 de plus de plus de la moitié (ex : Dommartin-la-Chaussée ou Girauvoisin).

Enfin, en ce qui concerne les habitants de plus de 80 ans, 118 communes connaissent une augmentation du nombre des plus âgés, dont 56 communes connaissent une progression de plus de de la moitié. Vous pouvez consulter les chiffres concernant la structure de la population des communes du PnrL ICI .